Conseils sur l'entretien de vos photos

La préservation des photos

On vous pose la question « Si ta maison était en feu, qu’est-ce que tu sortirais en premier? ».  Après avoir sorti les personnes et les animaux, la réponse est fort probable « mes photos ».  Il y a bien des objets dans une maison que notre compagnie d’assurances peut nous aider à remplacer, mais une chose qui est irremplaçable, à moins d’en avoir des copies ailleurs, est une photo.

Il n’y a pas que le feu qui peut ruiner nos photos.  L’eau, la lumière et les produits utilisés pour coller nos photos peuvent autant les détruire.  Parfois, ça se fait tellement subtilement qu’on ne s’en aperçoit pas avant que ce soit trop tard.

 

Différents types de photos

Depuis l’invention de la photo, celle-ci a vu plusieurs transformations.  Les photos les plus anciennes que l’on verra habituellement dans nos collections personnelles sont des ferrotypes ou  « tintypes »

Même si ces photos sont faites à base de métal, elles sont très fragiles.  La couche d’émulsion est très facile à enlever si ça se frotte contre un objet, et elles ont tendance à rouiller si elles ne sont pas gardées dans des conditions idéales.  Aussi, il est assez rare d’en trouver qui n’ont pas été courbées de quelque façon, ce qui contribue à enlever les détails de la photo.

Un autre type de photo ancienne est celle qui contient l’albumine.  Habituellement ces photos sont un peu jaunâtres.   Plusieurs facteurs, comme la qualité du papier, le niveau d’expérience de la personne qui la développait, etc.  font que ces photos peuvent soit noircir ou pâlir au point où on ne peut plus reconnaître les détails.  D’autres facteurs, comme l’exposition prolongée à la lumière ou à l’humidité, peuvent faire un grand montant de dommage.

 

Les causes de la détérioration

-          mal développée au départ (jaune, pâle, foncée, pas assez de contraste, etc.)

-          trop exposée à la lumière

-          trop exposée à d’autres matériaux, comme du papier journal, des adhésifs, des trombones rouillées, la moisissure, etc.

-          touchée avec des mains qui ne sont pas propres, laisse des empreintes digitales

-          se trouve dans un contenant (enveloppe, boîte, plastique) qui est acide

-          oxydation (donne un effet de reflet argenté)

-          émulsion sur la photo était surexposée ou sous-exposée, ou encore était de pauvre qualité

-          exposée à l’eau ou à l’humidité

-          exposée à des gaz, tels que des gaz qui s’échappent des produits en bois (par exemple des coffres en cèdre)

-          insectes (qui rongent le papier, ou encore qui laissent des traces)

-          collée à la vitre dans son cadre (il est recommandé de toujours mettre un cache (mat) pour laisser de l’espace entre la vitre du cadre et la photo)

-          vandalisme (on écrit sur la photo)

-          dans le cas des ferrotypes, la rouille et la friction

 

L’environnement idéal pour les photos

-          garder dans un lieu frais et sec

-          garder dans un endroit où les insectes et les souris n’auront pas un accès facile

-          utiliser seulement du papier non-acide et du plastique sans PVC (le PVC laisse échapper des gaz qui détériorent le papier)

-          utiliser le moins d’adhésifs possible, et jamais sur la photo même (pas de ruban gommé ni de colle).  Pour fixer une photo sur une page, vous pouvez utiliser des coins adhésifs dans lesquels les coins des photos peuvent s’insérer

-          attention de ne pas utiliser de plastique ou mylar pour des dessins en fusain, l’effet magnétique enlève le charbon de la surface

-          ne pas écrire sur la photo comme tel, écrire sur le papier à côté ou ajouter un cahier pour accompagner l’album.  Si vous développez une photo, demandez d’avoir une bordure blanche sur laquelle vous pourrez écrire

-          ne pas mettre dans un endroit directement exposé au soleil

-          ne pas utiliser des trombones ou élastiques ou encore des post-it

-          si possible, mettre des gants en coton pour les manipuler, ou seulement toucher les bords et ne pas poser ses empreintes digitales

-          ne JAMAIS laminer.  On ne sait pas ce que les adhésifs feront à long terme, et vous ne pourrez plus manipuler les photos

-          ne pas mettre dans le congélateur.  Cette méthode est utilisée dans des centres d’archives, mais les objets sont transférés d’un lieu à l’autre en changeant la température juste un peu à la fois, ce processus peut prendre même plusieurs jours.  Sinon, vous risquez qu’il y ait de la condensation sur la photo, ce qui pourrait l’endommager

-          ne PAS utiliser des albums « magnétiques », vous risquez de ne plus pouvoir enlever les photos et la colle pourrait nuire aux photos.  Si vous avez des photos dans ces genres d’albums, vous pouvez soit risquer de les enlever ou de les laisser là-dedans.  Pour enlever une photo qui est déjà dans un de ces albums, un petit truc à utiliser serait de prendre la soie dentaire et de la glisser en-dessous de la photo en faisant un va-et-vient, tout doucement.  Une autre méthode qui risque de faire un peu de dommage serait d’utiliser un séchoir à cheveux pour faire fondre la colle qui retient la photo.  La chaleur du séchoir pourrait faire du tort au papier et à l’émulsion donc il faudrait faire très attention.

 

Que faire avec des négatifs?

Il y a des émissions de télévision qui vous encouragent de faire un gros ménage de votre maison et de vous débarrasser de tous vos négatifs, disant que ça ne fait que prendre de l’espace.  Mais, si une de vos photos les plus précieuses est détruite, qu’allez-vous faire?  Le négatif, c’est-à-dire la copie originale de votre photo, n’y sera plus.  Et ce n’est pas réaliste de penser à numériser toutes les photos dans votre collection pour garder une copie dans votre ordinateur non plus.  La méthode la plus simple est de garder une boîte qui contient les enveloppes originales avec les négatifs, et d’inscrire le contenu sur chaque enveloppe, afin que ça soit plus facile à trouver lorsque nécessaire.  Vous pouvez aussi y ajouter les dates approximatives des photos, ainsi que le thème général, comme « vacances au Mexique, suivi de graduation de Marie ».  La copie primaire d’une photo est le négatif.  Une autre raison de garder le négatif est d’avoir la liberté de faire redévelopper une photo si elle était mal développée la première fois.  Par exemple, les photos développées dans les années 70 ont tendance à changer de couleur au fil des ans, mais les négatifs retiennent généralement la couleur originale.  

 

Photos digitales

Contrairement à ce qu’on a bien voulu nous faire croire dans le passé, les disques compacts et les DVD ne sont pas incassables, et ont une date d’expiration.  Ils sont faciles à graffigner et ne peuvent être exposés pour des longues périodes à la chaleur ou au froid puisque le matériel va s’étirer et rétrécir,.  Une clé USB ou « flash-drive » sont un peu mieux comme option, mais sont aussi très faciles à perdre.  Les données sont aussi très faciles à effacer.  C’est une forme de technologie encore trop récente et nous ne savons pas encore s’il y aura des pertes d’informations à long terme.

Un autre facteur auquel il faut penser lorsqu’on prend des photos digitales est le fait que les logiciels que nous utilisons aujourd’hui pour créer des photos seront peut-être inutilisables dans le futur.  Combien de programmes a-t-on utilisé dans le passé qui ne sont plus bons maintenant?  Est-ce que Photoshop, ou du moins la version qu’on a utilisée pour éditer les images, existera encore dans vingt ans?  Et les lecteurs de CD ou DVD?  Il n’y a pas longtemps que l’on croyait que le minidisque allait être utilisé partout, mais cet outil a déjà été remplacé et il y a peu de gens qui s’en servent.  Les gens qui ont tout transféré leurs films amateurs en pellicule à VHS doivent regretter d’avoir à répéter le même geste sur DVD.

Pour l’instant, il semble que la meilleure façon de préserver des photos digitales est de les garder à deux endroits, c’est-à-dire l’endroit où on va l’accéder le plus souvent, et au moins une copie de secours (backup).  La copie peut être un disque dur externe, qui n’est plus très dispendieux, ou encore un site web avec base de données intégrée pour rendre la recherche plus facile.  Il y en a des gratuits, comme Facebook, mais il faut toujours tenir compte que ces photos seront ensuite vues par le public.   D’autres sites donnent l’option de contrôler l’accès à vos photos.

Une fois que vous avez mis vos photos sur une copie de secours, vérifiez celui-ci ainsi que tous vos CD et DVD au moins une fois par année pour vous assurer de leur bon fonctionnement et qu’il n’y a pas eu de perte.  Vous pourriez aussi faire un inventaire séparé de vos photos afin de rendre la vérification plus facile. 

Assurez-vous de développer une copie papier de vos photos les plus importantes.  En cas d’incendie, il serait préférable de conserver une copie de vos photos ailleurs, comme chez des amis ou dans un coffre-fort à l’épreuve des incendies.

 

Identifier les photos

Combien de fois a-t-on retrouvé une photo pour réaliser que nous ne pouvions identifier le nom de la personne qui y paraissait?  Parfois, on peut aussi retrouver des photos qu’un être cher a laissé à son décès, mais ne pouvons l’identifier.  Était-ce le mari de tante Suzanne ou son frère?  Ou encore, est-ce que c’était le pique-nique de 1985 ou de 1987, et où est-ce que ça avait lieu?

Pour une photo digitale, on peut mettre jusqu’à 189 caractères dans le titre de l’image, donc mettez-y la date (ceci paraît aussi lorsqu’on clique sur « propriétés »), les noms des personnes, le lieu, le nom de la personne qui a pris la photo si possible, l’occasion entourant la prise de la photo (ex. : party de retraite pour Joseph Arsenault 14 juin 09).

Pour identifier des diapositives, si elles sont déjà dans un carrousel, veuillez les laisser là.  Prenez chaque diapositive et, avec un marqueur permanent, marquez un numéro sur le plastique blanc.  Sur un papier séparé que vous garderez dans le fond de la boîte avec le carrousel, mettez le numéro de la diapositive avec les détails concernant la photo.

Vous pouvez aussi acheter des feuilles en plastique faites exprès pour insérer des diapositives.  Soyez certains d’acheter ceux qui ont un espace blanc sur lequel vous pouvez écrire.  Assurez-vous aussi que le plastique de ces feuilles ne contient pas de PVC.  Cherchez pour les mots « acid-free » ou « PVC-free ».  Le terme « archival quality » ne vous assure malheureusement de rien.  Si vous êtes incertains de la qualité du plastique, vérifiez si c’est du polypropylène ou du polyéthylène. 

 

Réparer une photo

Lorsque vous n’êtes pas certains comment réparer une photo, il vaut mieux la laisser aux experts.   Ils peuvent la nettoyer, réparer des déchirures, enlever des marques, etc.  À cause des différents types de produits utilisés dans le développement des photos, il se peut qu’un produit spécial soit nécessaire.

Entretenu par Islandora et cree par la Robertson Library de l'University of Prince Edward Island